Or : un bon remède contre le cancer

Publié le 30 octobre 2014 dans la catégorie Actualités

Les vertus de l’or sur la santé sont notables. Si Cléopâtre l’utilisait comme masque avant de dormir pour améliorer son teint, les chercheurs ont découvert qu’il est également un nouveau filon en cancérologie grâce à ses propriétés antioxydantes.

Détruire les cellules cancéreuses par des nanoparticules d’or

Etant donné que le cancer est une prolifération anarchique des cellules d’un organe, les scientifiques utilisent des nanoparticules d’or pour localiser et détruire ces cellules cancéreuses avec plus de précision.

un_traitement_combinant_rna_et_nanoparticules_contre_le_cancer_des_ovaires

Un physicien de l’Institut des nanosciences de Paris, à l’Université Pierre-et-Marie-Curie, avance que : « L’or est inerte, mais quand sa taille est inférieure à 5 nanomètres, il devient très actif, et sa chimie change du tout au tout » lors d’une conférence qu’il a donnée. « L’enjeu ? Diagnostiquer le cancer assez tôt, donc avant l’apparition des nodules » ajoute-t-il. Ainsi, l’or se placerait sur la cellule malade et serait repéré par les rayons X de la manière la plus rapide et précise qui soit.

L’or a de l’avenir dans la médecine

cancer_uand_les_nanoparticules_tiennent_la_forme

Il s’agit d’un diagnostique précoce du cancer, mais le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) estime qu’on pourra aller encore plus loin dans la guérison sur deux axes. En effet, ces nanoparticules peuvent également servir dans la photodermie qui consiste à les chauffer afin de brûler les cellules de manière sélective, sans pour autant altérer le corps du patient. Le second concerne la vectorisation qui permet de greffer sur les nanoparticules d’or, des molécules « tueuses » qui vont se fixer sur les cellules malades pour les détruire en épargnant les tissus sains.

Ces études ont des impacts considérables, car les traitements disponibles ont des effets collatéraux. Selon toujours le chercheur : « A terme, ces procédés non-intrusifs pourraient remplacer la chimiothérapie ou la radiothérapie, qui frappent indistinctement les bonnes et les mauvaises cellules. » Ce qui s’annonce comme un grand pas dans l’univers de la médecine et un espoir en or pour les cancéreux. Pour plus d’informations sur le sujet, rendez vous sur la page dédiée à ce sujet sur www.cnrs.fr.